Campagne RESPECT

Le développement durable vise un équilibre entre économie, société et environnement. Depuis plusieurs années, Lausanne mène une politique de développement durable coordonnée dans chacun de ces domaines. Forte de l’implication de ses services et de moyens financiers spécifiques, la Ville planifie et met en œuvre une grande variété de projets. Au fil de cette exposition, vous découvrirez quelques unes de ces initiatives. Le Léman et les montagnes ne sont pas seulement les éléments essentiels du paysage lausannois, ils constituent aussi les réserves en eau de la ville. Ces ressources exigent une attention particulière puisqu’elles sont vitales aux habitants et représentent des écosystèmes riches et fragiles. La Ville de Lausanne s’engage pour garantir une eau de qualité, de son captage à sa consommation jusqu’à son épuration et son retour au lac. Elle a mené des tests pilote au niveau suisse pour améliorer l’élimination des micropolluants, des composés qui échappent aux techniques traditionnelles. Forêts et rivières mais aussi routes, champs, villes ou industries consomment une ressource rare: le sol. La gestion et la protection de ce patrimoine commun est prioritaire. Soucieuse d’un développement réfléchi, la Ville de Lausanne cherche à densifier l’usage de son territoire en optimisant l’utilisation des espaces situés à l’intérieur des zones déjà construites. C’est l’un des objectifs de «Métamorphose», le programme de développement de Lausanne: en repensant par exemple ses équipements sportifs et leur localisation, la Ville libère des espaces proches du centre pour du logement et des activités. Capitale Olympique et hôte de nombreuses fédérations sportives internationales, Lausanne est particulièrement sensible au sport et aux valeurs de bien-être, de santé, de rencontre et d’excellence qui y sont associées. Elle soutient le sport en assurant à ses habitants un cadre de vie de qualité et des installations adaptées et accessibles. Pour encourager les Lausannois à être actifs, la Ville propose notamment le «défi sportif lausannois» qui récompense toute personne qui prend part à plusieurs des nombreuses manifestations sportives organisées durant l’année à Lausanne. Avec ses 350 hectares de parcs et de jardins, Lausanne est véritablement verte. «Entretenir autant que nécessaire, mais aussi peu que possible» permet de concilier les besoins de la nature et ceux d’un environnement urbain. Par exemple, même si la majorité des fleurs d’un talus ont disparu en juillet, les faucheurs attendent quelques jours supplémentaires que les orchidées cachées parmi les herbes aient produit leurs graines. En respectant ces cycles écologiques et en réhabilitant certaines techniques d’entretien comme le fauchage, silencieux et non polluant, la Ville permet le maintien d’une richesse biologique à la porte des Lausannois. En 2008, Lausanne a vécu une petite révolution avec la mise en service du m2, son métro automatique qui monte du lac au nord la ville en passant par le centre. Cette ligne a été immédiatement adoptée par les Lausannois. Pour faire face au développement de ses quartiers, Lausanne continue à améliorer son réseau. Plusieurs grands projets menés en partenariat avec les communes voisines et le canton verront le jour: un tram se construit vers l’ouest, une nouvelle ligne de métro est prévue vers le nord-ouest (projet Métamorphose) et des lignes de bus seront renforcées.
Le latin n’est pas au programme des classes enfantines lausannoises mais beaucoup d’enfants le parlent, un tout petit peu du moins. Pédibus («à pied» en latin) est un réseau local de «stations» où passe un adulte pour amener les enfants à l’école à pied. Les avantages sont multiples: sécurité sur le chemin, fin des embouteillages devant l’école, convivialité et exercice. Ce projet est un élément de la politique de soutien à la mobilité douce voulue en ville. Initié à Lausanne en 1999, Pédibus a rencontré un large succès puisqu’il a été adopté dans de nombreuses autres villes et pays. Centre économique et capitale régionale, Lausanne compte près de 40% de population étrangère. Cette mosaïque de cultures et de traditions se révèle dans la vie des quartiers où cohabitent les communautés. Afin de faire se rencontrer les habitants, de valoriser la diversité locale et de lutter contre l’exclusion, une caravane d’animation circule dans la ville. Elle s’installe une semaine dans un quartier où les associations ont préparé un programme avec les habitants. Radio, spectacles, spécialités culinaires, expositions, ateliers… la palette est à l’échelle de l’imagination des gens du lieu. Guettez la tournée 2012! Lausanne est en pleine mutation et chacun y a un rôle à jouer. Dans le cadre de démarches participatives, les Lausannois intéressés peuvent débattre avec les spécialistes de leurs quartiers et de leurs attentes. Les projets qui émergent sont alors le fruit de la rencontre entre des besoins exprimés et l’expérience des experts techniques. C’est notamment le cas du Vallon: depuis plus d’une année, balades, fêtes et ateliers rassemblent les différents acteurs du quartier et permettent aux habitants de contribuer à l’élaboration de leur futur cadre de vie. Jeter moins, trier mieux, recycler plus… oui mais comment être sûr de ce qu’il faut faire avec ses vieilles piles, poêles, canettes ou autres chemises? Et où les apporter? La Ville de Lausanne a décidé d’aller à la rencontre des habitants et a mis sur pied un service de déchèteries mobiles avec 28 points de collecte. Une fois par mois, une déchèterie s’installe dans chaque quartier pour récolter les déchets que les habitants ont mis de côté chez eux en attendant son passage. Alors si vous avez un tube néon qui traîne ou juste besoin d’un renseignement, passez à la déchèterie mobile la plus proche. Beaucoup d’objets atterrissent au fond d’une poubelle ou vieillissent dans un grenier empoussiéré bien avant d’être vraiment inutilisables… Personne autour de vous n’en veut? Dans l’idée que vos voisins seraient peut-être intéressés, des associations de quartier proposent des rencontres où des espaces sont à disposition de ceux qui ont quelques objets à vendre ou à échanger. Ces vides-greniers sont à chaque fois des évènements festifs qui attirent les personnes à la recherche de bonnes affaires mais aussi les familles, les flâneurs et les curieux. La Ville de Lausanne mène une politique active en matière d’énergie. Productrice d’électricité, elle développe les énergies renouvelables depuis les années 90 déjà; consommatrice d’énergie, elle travaille à optimiser ses bâtiments; chargée de la gestion des déchets, elle récupère l’énergie qu’ils dégagent lors de leur incinération. Ainsi, l’usine Tridel, qui brûle les déchets de Lausanne et de la région, produit à la fois de l’électricité mais chauffe aussi plus de 18'000 personnes à travers un réseau de distribution souterrain.
Lausanne est propriétaire de 1900 hectares de forêts, parfois bien au-delà des limites de la ville. Les habitants les apprécient et profitent des ces espaces pour se détendre. Ces forêts sont exploitées conformément aux normes internationales de durabilité (label FSC). Leur bois est vendu aux entreprises locales, brûlé dans des chaufferies écologiques ou utilisé dans des projets de construction. La tour de Sauvabelin qui surplombe Lausanne mais aussi des abris, des locaux communaux ou des logements d’étudiants ont bénéficié de cette production. L'énergie a un coût environnemental considérable. Lausanne encourage les économies et l'utilisation des ressources les moins polluantes. Elle a fourni un effort considérable pour améliorer la consommation d'énergie de ses bâtiments grâce au diagnostic et à la télégestion. La Ville participe aussi à la campagne internationale Display® qui évalue la performance énergétique des bâtiments pour les étiqueter à la manière de ce qui se fait pour l'électroménager: plus de 160 bâtiments ont été analysés permettant d’identifier des priorités d’amélioration. Consciente de sa situation privilégiée dans un contexte où beaucoup de régions du monde rencontrent des difficultés à assurer les besoins élémentaires de leurs populations, Lausanne mène depuis de nombreuses années des actions de solidarité internationale dans le cadre d’une politique de développement durable responsable. Elle s’appuie sur l’expertise de la fédération vaudoise de coopération (FEDEVACO) qui regroupe 38 organisations vaudoises. La FEDEVACO suit pas à pas les projets sélectionnés par la Ville, leur garantissant fiabilité et qualité. Clos des Abbayes, Château Rochefort, Clos des Moines, Abbaye de Mont ou Domaine du Burignon sont des noms qui résonnent dans la tradition viticole du Pays de Vaud. Défrichés et exploités par des moines dès le XIIe siècle, ces vignobles sont aujourd’hui lausannois. Leur exploitation, comme celle de quelques fermes et forêts, s'inscrit dans le volet local et durable de la politique de développement de Lausanne. Leur production est mise aux enchères à l'Hôtel de Ville lors d'une vente publique. Certains domaines offrent aussi quelques chambres d'hôte aux amateurs de tourisme vert. La formation est indispensable à un développement économique dynamique. Lausanne et sa région réunissent des institutions de très haut niveau, universités et hautes écoles spécialisées. Pour sa part, l’administration communale offre plus de 150 places d’apprentissage dans une large palette de métiers de l’employé de bureau au paveur en passant par l’horticulture, la communication ou l’éducation. En partenariat avec la Société Industrielle et Commerciale de Lausanne, la Ville encourage et récompense les entreprises formatrices par un prix annuel.